top of page
IMG_1181_edited.jpg
Rechercher

Balade et sagesse

Comment une simple balade peut nous enseigner ?


Aujourd'hui je suis partie - comme souvent- en balade.

Mais cette fois-ci - comme souvent...enfin de plus en plus souvent - ma conscience était avec moi. Hahaha !

Je vous raconte.


Je vis seule. Souvent recluse, même quand je suis en famille. Je sais faire et cela me va !

Mais je sais aussi que la vie me fait comprendre qu'il me faut sortir.

Vivre dans ce monde, même si je sais que je ne suis pas de ce monde.

Alors je sors. Pas en boîte de nuit, pas dans un café.

Je sors de chez moi pour aller dans la nature. Comme je l'ai toujours fait. Mais maintenant je m'aventure un peu plus loin que les bois connus que j'ai arpentés pendant des années avec mes chiennes. Changement de lieu oblige.


Cet après-midi il fait grand beau. J'ignore pourquoi - mais de toute façon je ne cherche plus à savoir - me vient l'idée d'aller sur les hauteurs, dans un village réhabilité...enfin un ancien village où deux maisons ont été rebâties par des chantiers participatifs et qui accueillent maintenant un café associatif et des manifestations.

J'ai connu cet endroit grâce à l'une des descendantes de la dernière habitante du village, morte en 1955.

Je prends donc ma voiture et me rend sur les lieux.

Très rapidement la balade devient initiatique.

Le début de la promenade, la vue est à 360° : magnifique. A l'est les montagnes encore quelque peu enneigées, au sud la ville brillante du Puy En Velay, à l'est la Loire et son couloir, au nord la forêt. Magnifique. Je suis sortie de chez moi. Je vois clair, le soleil brille. Pour autant je suis toujours seule et me dis que si je me perds - alors que je connais l'endroit !!- personne ne se souciera de mon absence. Je décide donc de marquer ma position sur mon portable.


J'avance en profitant de la vue. Et là, j'ai une pensée pour toutes les personnes invalides, enfermées que ce soient physiquement ou dans leur esprit et qui ne pensent pas qu'ailleurs que là où elles sont il y a autre chose. Et je le comprends, pour avoir fait partie de ces personnes à l'adolescence. Je ressens alors beaucoup de compassion et de gratitude : merci d'avoir les moyens de me trouver en cet endroit, cette amie qui me l'a fait connaître, une voiture pour m'y amener, des bras pour conduire ce véhicule, des yeux pour lire les panneaux indicateurs, voir la route et le paysage et des jambes pour marcher sur ce chemin qui mène à Saint-Quentin.


J'avance et entend des pas derrière moi. Je suis au milieu de nulle part, seule. Pourtant je sais que je ne crains rien. J'ai l'habitude et n'ai pas peur. Mais une petite voix me dit tout de même : prudence. Je ralentis. Me retourne et vois 3 personnes d'un certain âge arriver. Je reprends mon pas, rassurée.

Le chemin descend, puis remonte. Il fait chaud, je suis à l'ombre. Je regarde où je marche et décide de lever la tête. Et là je vois ce tunnel sombre dans lequel je suis et qui mène à un point lumineux. Alors j'avance, je filme en même temps pour partager ce moment et rire de l'enseignement :

"Comment passer de l'ombre à la lumière, en avançant encore et encore !"


Au village je flâne, en prends plein les yeux. Croises deux hommes sortis de je ne sais où et je ris : ils sont bien plus intéressés par leur relation que par moi, je ne crains rien !

Je me rappelle être venue deux fois dans cet endroit : la première fois avec mon amie qui me l'a fait découvrir et la deuxième avec mes enfants et leur père car j'aime à mon tour faire découvrir. Je n'aime pas garder les choses pour moi, j'aime partager, j'aime quand cela circule, quand il y a du mouvement. Pourtant aujourd'hui je suis seule. Alors je décide de partager sur les réseaux sociaux mes photos et d'appeler un couple de connaissance qui habite par là pour les saluer, alors que je ne les ai pas vu depuis des années.


Puis je prends le chemin du retour. Et là l'initiation continue. J'aime m'aventurer. Les "rebrousses-chemin" ne sont pas mon truc, les allers-retours non plus; Je préfère la découverte d'autre voie pour faire une boucle !!

Alors sur le chemin du retour je bifurques sur un sentier à gauche que je ne connais pas. Et là c'est grandiose. Je ne sais pas où je vais. Mon but est de rejoindre ma voiture.

Aucune indication.

Le couloir est étroit.

Je me demande si cela mène quelque part.

Le chemin monte. Il est caillouteux.

Et là je me dis ; "après une vue à 360 degrés, une pause au soleil en passant de l'ombre à la lumière, un chemin tout tracé pour le retour pourquoi pars-tu de travers ?" et une part de moi rit.


Je continue. Persévérance. Confiance . Je trouve un signe au sol alors que je regarde où je mets les pieds : un caillou en forme de coeur. Je continue. Je doute encore un peu qu'en même, jusqu'à ce que je vois sur un arbre une marque jaune, la couleur du soleil qui me signale que je suis sur un chemin balisé. Le coeur précédemment rencontré me laisse penser que c'est le "bon chemin" pour moi. Je continue. Il fait chaud, la vue est magnifique, l'environnement apaisant. Je peine un peu. Je suis partie ainsi telle que j'étais habillée le matin, une tenue pas forcément adaptée à une rando. Je fais avec et me rappelle que c'est un de mes principes. Je déteste devoir endosser un habit pour ceci, un pour cela.

Je suis comme je suis et je fais avec ce qui est.


Puis à un moment une petite voix me fait lever la tête. Mon sens de l'orientation me dit que la voiture est toute proche à droite et pourtant le chemin continue à gauche. Je me repère par rapport à une ruine que je vois au loin ; je décide de quitter le chemin. Pas d'autre choix que de couper à travers champ. Je le fais. Et je retrouve un chemin qui mène tout droit .....à la voiture. Peut-être que c'était le chemin que je venais de quitter qui faisait un détour. Je ne le sais pas et peu importe. Dans le meilleur des cas, j'ai pris un raccourci ou j'ai évité de m'éloigner. Quoiqu'il en soit l'enseignement est là, grandiose :

"c'est en changeant de direction que j'ai trouvé des signes,

je me suis fais confiance et je suis arrivée au bout."


Alors vous qui avez pris le temps de lire, j'ai envie de vous poser deux questions.

La première est : qu'en serait-il si j'avais pris le chemin dans le sens inverse ?

La deuxième : avez-vous conscience que tout ce que vous faites est initiatique ?


La quête est à chaque instant. Le chemin est le but .

Je nous aime. Prenons soin de nous.

42 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page