Rechercher

Table rase, volet 2

Et si faire table rase du passé revenait à l'accepter puis simplement en tourner la page pour devant la feuille blanche écrire sa propre histoire ?


Dans notre conception du monde et de la vie emprunt de croyances et de limites qu'elles soient familiales, sociétales culturelles ou autres, nous nous conformons à ce qui nous entoure. J'ignore comment cela se fait : j'entends dire que nous choisissons en tant qu'âme, la famille dans laquelle nous naissons. En ce qui me concerne j'ai pourtant rapidement perçu un écart d'être entre "elle" et "moi". Pour autant comme tout enfant je me suis conformée et imprégnée de ce qui se déroulait dans mon champ d'énergie. J'étais sidérée mais j'ai opté pour la sécurité que cela offre d'entrer dans le moule malgré l'inconfort et les crises existentielles régulières.


Lors d'une canalisation des Êtres de lumière m'ont transmis l'information qu'entre 3-4 ans jusqu'à 6-7 ans je me suis retirée sur la pointe du pied et j'ai traversé la vie ainsi...sur la pointe des pieds, telle une danseuse. Lorsque j'ai entendu cela, suivi d'une invitation à mettre maintenant mes deux pieds bien en terre, de m'incarner pleinement, j'ai pris cela un peu comme un reproche...eh oui le mental humain, alors qu'il n'y avait bien sûr aucun jugement dans cet échange.

Aujourd'hui je me dis que c'est sans doute ce qui m'a permis de traverser justement les différentes étapes de ma vie, sans trop de dégât, avec une sorte de détachement. Comme si j'avais vu venir cela et que je savais qu'en m'attachant je n'y survivrais pas. J'ai pourtant et malgré tout fait une expérience de mort imminente à l'âge de 20 ans. Mais ce n'était pas mon heure et ma grand-mère qui se penchait au bout du tunnel lumineux me l'a dit "ce n'est pas le moment ma chérie, mais ne t'inquiète pas je serais là pour t'accueillir". Ironie de la connaissance, c'est que non seulement j'ai conscientisé qu'à l'époque ma grand-mère était encore vivante dans ce monde et ensuite que l'évolution des âmes (cf "le livre tibétain de la vie et de la mort") fait que - et je le lui souhaite - elle sera d'ici mon départ de ce monde, sans doute dans d'autres strates et absente lors de mon retour. Mais cette expérience m'aura beaucoup enseigné : sur le temps, notion visiblement très relative à l'humain et sur la vie après la mort.


Tout ce que je raconte là pour dire que : d'accord, cela a été, est peut-être, puisque le temps est élastique, si je fais abstraction de cela je peux me réveiller chaque matin comme si je naissais à ce jour. Se détacher de l'histoire, cette histoire est finie. On le voit bien dans le processus scolaire. Depuis des années les générations sont empruntes de l'histoire de la France des guerre depuis l'école primaire jusqu'au collège chaque année nous et cela continue sommes endoctrinés dans cette énergie de guerre soit disant pour soutenir la paix. Mais répéter sans cesse le sordide, il ne peut que se renouveler. Sous couvert d'un devoir de mémoire : mais justement il faut tout oublié. En tout cas, ne pas ressasser, juste faire état pour honorer le passé et les êtres qui nous ont précédé. Et parler de paix, parler d'amour, d'entre-aide.


Pour que ce soit plus qu'une page blanche qui s'offre mais littéralement une autre histoire. En ce qui me concerne je fais ce nettoyage de la mémoire cellulaire, psychique. Peut-on faire table rase du passé ? Sincèrement je le crois. C'est l'accepter tel qu'il est et le laisser se dissiper. Sans vouloir qu'il soit autrement. Je choisis alors mon histoire, non plus celle des personnes, de l'environnement dans lequel je suis née, dans lequel j'ai grandi et dans celui que j'ai laissé se mettre en place avec ses références. Faire table rase de ce passé que je remercie pour m'avoir permise de découvrir qui je suis. Ici et maintenant je choisis, je demande, je dessine mon propre cadre.


Lorsque j'ai perçu cela il y a quelques mois, que j'ai vu tous les possibles car oui tout est possible, que je m'en suis remise à plus grand que moi en lui disant "OK tout me va", tout ce qui est venu a été l'énergie de Shiva et de Kali, ces fameuses forces transformatrices telles que les appellent les Hindous. C'est inconfortable souvent car pour transformer il faut parfois déstructurer, parfois même démolir et il y a eu cet effondrement à l'intérieur de moi. Mon corps en a pâti mais je sais que c'est un mal pour un bien, afin de renaître de ses cendres et c'est là l'enjeu, tel le phénix : comment renaître ? Car si mon âme a choisi en son temps

, c'est autour de mon être maintenant de choisir. "Bienvenue dans l'Art de Vivre" m'a dit un jour un de mes guides lorsque je lui racontais mes ressentis.


Est-ce que je peux écrire mon histoire ? Faire table rase du passé et redevenir vierge de toutes expériences pour vivre celles que je souhaite vivre ?

J'y aspire et si tout reste à faire dans un contexte mondial chaotique, moi qui apprécie peu les challenges, celui-là me plait. Il m'est donné l'occasion plus que jamais d'être le changement que je veux voir dans le monde"


Je fais de mon mieux et me laisse offrir le reste. Assurée de ma capacité à discerner et écarter ce qui est dissonant, je choisis de vivre, de laisser l'histoire s'écrire sous mes pas, sachant ce qui m'anime, ce à quoi j'aspire, confiante que tout ce qui vient à moi entre en résonance avec cette vibration de paix, d'amour et de joie.

25 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout